• Avis de tempête !

    Ce qui suit est un billet d'humeur écrit par Eric Blondieau, inspiré par les faits dramatiques qui se sont déroulés à Liège le 13 décembre 2011 et qui est intitulé:


    "Avis de tempête"

     

    Horrible parce que (trop) proche de nous ?

     

    Pas celles qui soufflent sur notre pays régulièrement, mais celle née à Liège sur la place Saint Lambert, voici quelques jours. Six victimes à ce jour et j’espère que le sinistre décompte va s’arrêter là. Un drame sans nom pour les familles et les amis des victimes. Un traumatisme pour les dizaines de blessés. Un cauchemar pour les témoins. Il est pratiquement impossible d'évaluer les dégâts et les conséquences d'une horreur de ce genre sur des individus. Surtout pour une population vivant dans un état respectueux du droit et des libertés individuelles peu habitués à vivre dans un climat de violence aussi proche, aussi extrême. L'émotion est palpable et elle risque d'emporter la raison.

    Qui, pourquoi, comment ?


    Les questions sont toujours pareilles. Les gens, nous, veulent savoir: qui, pourquoi, comment et surtout ce qu'il faudrait faire pour éviter un tel drame. C'est humain et légitime, mais il faut nous méfier des réponses trop simplistes, des réactions trop caricaturales. Oui le criminel était largement connu de la justice. Oui il était en liberté conditionnelle. Mais ils doivent bien être quelques dizaines de milliers dans le cas et même si une récidive est une récidive de trop, le risque zéro n'existe pas, n'existera jamais. C'est une illusion. Oui, il était étranger et oui, pas catholique et alors ici aussi ces constats ne sont en rien probants de sa décision de tuer des innocents. Il ne faut pas utiliser ces éléments pour stigmatiser, pour punir des groupes de personnes, c'est indigne d'un pays démocratique.

    Collectionneur d'armes, amateur d'armes !


    C'est aussi une étiquette que la presse lui a collée. Injuste aussi et dénigrante pour les centaines de milliers de personnes qui sont légalement des amateurs d'armes dans notre pays. Cette personne était un accumulateur d'armes, des armes qu'il se fournissait via des filières illégales. Il n'y avait chez lui aucune satisfaction à détenir une pièce rare ou a partager un moment de convivialité avec des amis en pratiquant une passion saine. Il n'y avait que le besoin qu'ont les criminels d'avoir des outils de travail. L’amalgame fait par une certaine presse entre nous, les amateurs d'armes et ce criminel, est odieux, injuste, injurieux. Je ne doute pas une seconde qu'une partie au moins de cet amalgame soit justifiée par l'émotion, mais il en est une autre qui vise comme toujours à abuser de l'émotion populaire pour remettre le couvert législatif sur le dossier arme.

    Les lois sous le coup de l'émotion sont toujours de mauvaise loi !


    Que ce soit en Angleterre ou en Australie, les lois de prohibitions, prises après des drames, ont généré plus de marchés noirs et plus d'insécurité, sans qu'une seule vie au final ne soit épargnée, les taux d’homicides étant identiques voire en progression. Et ici aussi, 2006 a entrainé le vote en urgence sous le coup de l'émotion d'un texte prohibitionniste et mal ficelé après le drame d'Antwerpen. Ce texte à spolié injustement des milliers de personnes. Ce texte a distrait des milliers de policiers de la lutte contre les criminels. Ce texte a monopolisé et monopolise encore des centaines de fonctionnaires avec comme incidence sur l'insécurité, le taux d’homicide ou les braquages avec arme: un grand zéro, au mieux. Dans les faits, la plupart des policiers le confirmeront sous le manteau: c'est une aggravation du marché noir qu'a surtout produit le texte de 2006. Pire qu'un coup dans l'eau, un coup contre l'objectif que devrait avoir toute loi, l'amélioration de la qualité de vie des citoyens, dans le respect de leurs droits constitutionnels, madame Onkelinx l'avait oublié en 2006. Les parlementaires qui ont défendu ce texte aussi. J’espère que ces gens ne vont pas retomber dans le même panneau !

    Rappeler des évidences, encore et toujours !


    Il n'y a pratiquement aucune connexion entre le marché noir et le marché légal. La meilleure preuve dans cette affaire: la présence de grenades. Ces produits n'ont jamais été en vente légale sur aucun marché et pourtant, visiblement, les criminels n'ont aucune peine à s'en procurer. Comme ils n'ont aucune peine à se procurer des explosifs, alors des armes à feu ! Une autre évidence, c'est que seuls les honnêtes gens respectent les lois. Surclasser l'arme X qui a le tort d'être emblématique pour une certaine presse, avide de sensationnalisme, c'est interdire aux honnêtes gens qui ont un usage raisonné et raisonnable de l'objet de le détenir, voire de spolier ces personnes qui respectent la loi, d'un bien qu'ils ont légalement acquis. Les criminels, eux, s'en fichent. Ils détiennent un objet similaire qu'ils n'ont aucune intention de rendre et qu'ils n'hésiteront pas à utiliser, le cas échéant. 

    La tentation est grande de gesticuler, de surfer sur l'émotion populaire !


    Mais ce n'est guère plus que ça. C'est de la récupération médiatique. Si le politicien qui fait cela, croit en sa proposition, classez-le dans la catégorie « incompétent » ou « désinformé » et considérez-le comme potentiellement dangereux. Et s'il n'y croit pas, c'est presque pire: c'est un opportuniste populiste qui signifie par cette proposition le peu de cas qu'il fait de l'état de droit et du respect dû aux citoyens. Il est important de stopper ces processus, car le passé nous a démontré toute la problématique posée par des textes émotionnels. Des problèmes générés par la loi Onkelinx de 2006 ne sont pas encore mis à plat et les citoyens amateurs d'armes ne sont pas encore totalement régularisés, tant le texte de 2006 à frappé les mauvaises personnes avec obstination, juste pour faire croire qu'il y avait une solution à la folie d'un humain.

    Rappeler aussi que nous sommes toujours là !


    Certains pensaient que la DAAA s'était un peu assoupie ces dernières années. Bien sûr on est loin du support dont bénéficie la NRA aux USA. Cependant nous avons toujours été présents pour aider le détenteurs d'armes dans leurs démarches, souvent très difficiles, suite à des interprêtations fantaisistes par certaines administrations. Et, depuis la modification de la loi du 1 septembre 2008 il faisait relativement calme dans la rage légifératoire. Pourtant, ce dernier fait le démontre: il faut une mobilisation DE tous. Une mobilisation POUR tous et pas seulement pour défendre son petit privilège mais pour défendre les détentions légales sous toutes leurs formes. Il faut être prêt à tout moment pour intervenir contre des propositions incohérentes, introduites à chaque fois que des opportunités comme ce drame, se présentent à des anti-armes idéologiques, distants de la réalité. C'est pourquoi une association forte et grande doit veiller. La DAAA est présente. Aidez-nous, inscrivez-vous, si vous ne l'êtes pas encore!

    Des propositions concrètes !


    Oui, car la critique est facile, mais que faire ! Je pourrais parler d’aggraver les peines de prison pour les criminels. Mais ce n'est pas mon rôle de juger sur ce qui ne relève pas du droit aux armes. C'est un autre débat. Dans le cas de Liège, légalement, rien n'y aurait fait même pas la prohibition totale rêvée par certains démagogues. Alors quoi ?

    Une loi positive !


    Hé oui, c'est la clef: une stabilité législative. Un droit positif où le citoyen déclarant n'est pas soupçonné à priori, mais écouté et protégé ! Ces dernières années, le politique a fait l'inverse et la perte de confiance est immense. En fait, les honnêtes gens ont peur du législateur, de son incohérence surtout, et c'est tout aussi vrai pour les professionnels qui se plaignent avec raison de la difficulté à programmer un investissement ou à valoriser un commerce pour trouver un repreneur. Il faut parfois plus d'un an entre une commande et sa finalisation et entretemps la loi peut changer. Un homme peut se retrouver sanctionné d'une décision prise, avant même que la loi n'ait été imaginée. C'est pire qu’une faute: c'est un crime constitutionnel. Il faut donc des garanties pour les détenteurs légaux et une porte de sortie légale pour le découvreur d'une arme. C'est la clef pour pacifier la communauté des amateurs d'armes. Après, les sanctions et les textes qui frappent les criminels, mais ça, ce n'est pas de notre ressort. Mais je pense pouvoir dire que les amateurs d'armes, dans leur toute grande majorité ne sont pas indisposés par un traitement plus sévère des poly-criminels multirécidivistes. Bizarrement ce sont souvent les gens les plus hostiles au droit des armes pour les citoyens honnêtes qui se montrent les plus tolérants envers les vrais criminels, qu'il faudrait excuser, à qui il faudrait donner une xième seconde chance, etc...

    Voilà de quoi nourrir la réflexion.


    Comme d'habitude, n'hésitez pas à diffuser. Joyeux noël et bonne année à tous de la part de toute l'équipe de la DAAA-AVWL 
    eric blondieau, administrateur. pour la DAAA-AVWL


    « Notre communiqué de presse sur la proposition TurtelboomExclusivité RTL ! la police dans une impasse avec la dernière loi sur les armes »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :