• Corruption à la police fédérale pour l'achat de 20.000 armes

    Si on ne peut même plus se fier à la police maintenant ! 

    La ministre compétente devrait plutôt balayer devant sa porte au lieu de désigner les détenteur d'armes légaux comme étant une des causes de l'insécurité dans notre société.

    Il est  vrai que la ministre Milquet préfère se mettre en valeur en s'appuyant sur des chiffres indiquant que la criminalité est en baisse depuis qu'elle est à l'Intérieur alors qu'il est prouvé que si les statistiques diminuent c'est dû au fait que de moins en moins de victimes prennent la peine de déposer plainte sachant que même si on arrête les coupables ils ne seront pas ou peu punis.

    D'après les associations qui s'occupent des victimes de viols (il y en a +/- 4.000 par an dans notre pays) seule une personne violée sur 10 dépose plainte .... 

    Corruption à la police fédérale pour l'achat de 20.000 armes 

    3/09/13 - 06h18  Source: Belga

    Le juge d'instruction bruxellois Jean-Claude Van Espen a procédé à la mise en inculpation de trois personnes dans le dossier concernant l'achat d'armes Smith & Wesson par la police fédérale, rapportent mardi la Dernière Heure, De Morgen, De Standaard et Het Nieuwsblad. L'information a été confirmée par le parquet de Bruxelles.

    Des malversations et de la corruption ont entaché le marché passé fin 2010 par la police belge avec la société américaine Smith & Wesson plutôt qu'avec la FN Herstal pour l'achat de 20.000 nouveaux pistolets, expliquent les journaux.

    A l'heure actuelle, Jean-Claude Van Espen a terminé l'instruction débutée en avril 2012. Il a procédé vendredi dernier à la mise en inculpation d'un intermédiaire de la société américaine ainsi que de deux policiers impliqués dans le marché, dont un membre de la commission d'évaluation des différentes armes en compétition. 

    L'intermédiaire de Smith & Wesson, un résidant luxembourgeois, est inculpé de corruption active, de faux et usage de faux en écriture ainsi que d'entrave à la liberté des marchés publics. 

    L'un des policiers, un commissaire dont le rôle a été décisif dans la passation du marché, est lui inculpé de faux et usage de faux, d'entrave à la liberté des enchères et de corruption passive. 

    Quant à son collègue qui siégeait dans la commission technique, il est inculpé de faux et usage de faux.

     
    « Vous avez dit contrôle des armes à feu ?Réponse à une question intéressante. »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :