• La loi sur les armes a raté sa cible, déclare François Bellot


    Mercredi 7 Mars 2012 à 08:22
    Jacques_D

     

    La dernière mouture de la loi sur les armes, née d'un projet de loi concocté dans la précipitation, a complètement raté sa cible, a déclaré François Bellot, Sénateur-Bourgmestre de Rochefort,  dans une interview publiée par «Chasse et Nature» de février.

                                                                         

    Une fois de plus, ce sont les citoyens respectueux de la législation qui ont fait les frais d'une loi imparfaite, déséquilibrée et absurde dans nombre de ses dispositions, publiée au Moniteur le 9 juin 2006, à la suite de l'émotion provoquée par l'assassinat d'une petite fille et de sa nounou à Anvers.

    François Bellot s'est battu, et continue à se battre pour que les objectifs de la loi soient atteints sans porter préjudice aux honnêtes détenteurs d'armes de loisirs ou de collection.

    «Nous devons oser dire ce qu'il est. La loi a raté son but et nous n'avons cessé de dénoncer les travers, son côté inapplicable à certains égards, l'absurdité de plusieurs dispositions. Nous demandons sa révision profonde,»  a martelé le Sénateur-Bourgmestre MR.

    Pour François Bellot, il n'y a aucun doute: ce sont des considérations purement idéologiques, partisanes et électoralistes qui ont présidé à la mise en œuvre de cette loi:

    «L'Administration, plus particulièrement le Service fédéral des Armes et son directeur, ont détourné la loi pour en faire un instrument au service d'une idéologie pacifiste, voulant supprimer toutes les armes du territoire belge et en conseillant mal les Ministres de la Justice. Cette approche a provoqué une réelle méfiance du citoyen qui a perdu toute confiance devant les modifications diverses et parfois contradictoires de la loi et ses arrêtés d'exécution, désarroi aggravé par des applications variables d'une zone de police à l'autre, d'une province à l'autre, d'arrondissement judiciaire à l'autre. Le manque d'informations et de formations données aux fonctionnaires chargés des dossiers.»

    Bref une loi qui ne sert à rien, qui ne permet pas, comme ce devait en être l'objectif, de lutter contre le trafic d'armes et les armes illégales servant au grand banditisme, qui n'a pas permis, non plus d'établir un recensement de toutes les armes détenues par des particuliers en Belgique et donc de faire ressortir des armes de l'ombre.

    «Aucun de ces objectifs n'est atteint, au contraire, des armes connues ont disparu et le trafic d'armes fait florès en Belgique, ce qui inquiète les services de sécurité, la justice et les citoyens,» a encore expliqué François Bellot.


    Et pour ce qui est de la chasse, le Sénateur-Bourgmestre MR dénonce les «multiples mesures inappropriées parce que ceux qui les ont édictées ignorent les réalités de terrain. Ainsi les actes suivants causent de grandes difficultés d'appréciation: prêt d'une carabine entre chasseurs, transport en véhicule entredeux postes, dépôt dans une résidence secondaire, à l'hôtel, etc….»

    Bref, la loi du 9 juin 2006 est en fait une mauvaise réponse à un vrai problème: celui du trafic d'armes sur notre territoire. Les criminels ne tiennent de facto pas compte des lois, ce qui fait que des lois plus sévères pour les détenteurs légaux d'armes n'aura aucun effet sur les intentions et les actes de ces criminels C'est dans ce domaine pourtant qu'il faut concentrer les recherches, les enquêtes et les moyens policiers et judiciaires.

    «Il est urgent pour le département de la Justice de prendre conscience que ce ne sont pas les citoyens ordinaires, travailleurs, honnêtes, et s'efforçant de faire grandir leurs enfants avec discipline et respect des grands principes, que ce ne sont pas les chasseurs que ce ne sont pas les chasseurs ni les tireurs sportifs et récréatifs ou ceux qui détiennent l'arme du grand-père qui constituent un danger pour l'Etat mais les malfrats, truands, trafiquants et autres malfaiteurs ou terroristes radicaux,» a conclu François Bellot.  

    Le MR demande donc la mise en place d'une législation claire et non équivoque, révisée après une large concertation avec les associations représentatives des détenteurs légaux (chasseurs, collectionneurs..) qui ne sert pas une idéologie particulière, qui ne soit pas adoptée sous le coup de l'émotion mais avec la volonté d'être au service de la sécurité des citoyens.

     




    Vous devez être membre pour poster un message.