•   

    BANC D'EPREUVES DE LIEGE

     

    Août 2017

    BANC D’EPREUVES DE LIEGE (BEL)

     

    Initialement, le BEL a été créé afin de protéger les utilisateurs d’armes contre tous manquements mécaniques ou toute conception dangereuse d’armes.

    De ce fait le BEL était un organisme au service de la population avec un contrôle de garantie de l’état.

    Un fonctionnaire de l’état vérifiait le fonctionnement légal du BEL.

    Les poinçons donnent donc une garantie de vérification de qualité et de conformité aux normes en vigueur

    Toutes les armes mal conçues ou en défaut de fonctionnement étaient refusées afin de les corriger ou de les adapter aux normes imposées..

    Cela a fonctionné pendant plus de 130 ans, sans problèmes

    Actuellement le BEL semble être devenu plutôt un organisme de contrôle répressif.

    Et ce pour les raisons suivantes :

    Toutes les armes importées (même du Grand-Duché du Luxembourg et des Pays-Bas) doivent être présentées au BEL.

    Ceci est tout à fait normal. Cependant, les armes transformées de full-automatique en semi-automatique, si elles ne sont pas transformées en conformité avec les normes prévues par le BEL, ne sont plus refusées, dans l’attente de leur mise en conformité avec ces normes, mais sont purement et simplement saisies et un dossier est remis au parquet pour d’éventuelle poursuites pour infraction à la loi sur les armes. Alors que l’importateur est de toute bonne foi et prêt à ce que le BEL mette ou fasse mettre les armes en conformité avec la législation.

    Toutes les armes semi-automatiques, déjà en possession de tireurs ou de collectionneurs Belges, présentées au BEL, suite à un remplacement d’une pièce, soumise à l’épreuve, ou suite à une autre modification, sont également vérifiées si elles sont des full-auto transformées en semi-auto et, dans ce cas, si elles sont également conformes aux normes prévues. Toute arme qui est trouvé en non-conformité avec les normes de transformations de full à semi-auto, sont directement saisies et un dossier est également transmis au parquet pour d’éventuelle poursuites.

    Le BEL ne fait donc plus de transformations de full en semi-auto……

    Toutes les armes importées sont vérifiées sur leur épreuve par un Banc d’Epreuves reconnu CIP. Si un poinçon d’épreuve manque, le BEL impose une épreuve et la mise d’un poinçon. Même les armes anciennes de collection, importées par des collectionneurs et non prévues au tir mais bien pour la collection historique. Ce poinçon moderne abime évidemment l’arme et la diminue de valeur, sans parler des risques de l’épreuve en soi, car l’épreuve se fait avec un cartouche chargée à 30% de plus de pression que la charge de fabrique la plus lourde…….

    Cette attitude répressive est totalement en contradiction avec la raison principale de l’instauration du BEL comme organisme au service de la population (et non comme organisme de contrôle et de répression uniquement) et empêche les détenteurs de bonne foi de demander des vérifications afin de rester en conformité avec la loi.

    Ainsi, tous les détenteurs d’armes transformées de full-auto en semi-auto AVANT la loi du 8 juin 2006, et donc détenteurs d’une arme semi-auto, n’ont même plus la possibilité de demander au BEL de vérifier si leur arme est bel et bien transformée suivant les normes imposées sans être dessaisis de leur arme et de risquer d’être poursuivi en justice. Pourtant ces détenteurs ne tombaient pas sous l’article 45 (de transition) de la loi qui obligeait les détenteurs d’armes full-auto de les faire transformer en semi-auto, puisque leur arme était déjà transformée en semi-auto...

    D’autre part, même les collectionneurs n’ont plus la possibilité de faire transformer leurs armes full-auto en semi-auto afin de pouvoir les vendre à des tireurs.

    Cette situation est donc tout à fait anormale, vexatoire et n’apporte aucun élément positif à la sécurité publique, convoitée par la loi sur les armes. 

    La DAAA, en coopération avec BELGIAN WEAPON FORUM, cherche une solution avec le Ministère de la Justice afin de régulariser une situation totalement incompréhensible et anormale

     

    DANIEL BEETS

    PRESIDENT

    E-MAIL : daniel_beets@telenet.be

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Belga jeudi 03 août 2017 à 19h27

    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_une-proposition-des-jeunes-vld-sur-le-port-d-arme-suscite-l-emoi-sur-les-reseaux-sociaux?id=9675431

    "Les gens devraient-ils être libres de posséder une arme pour se protéger ?"

    Cette question sera débattue ce week-end lors d'un congrès d'été des Jeunes VLD à Bruxelles. Le sujet, posé sur la table par Jerry Van Echelpoel, a en tout cas suscité l'émoi sur les réseaux sociaux depuis sa publication.

    Une proposition des Jeunes VLD sur le port d'arme suscite l'émoi sur les réseaux sociaux

    Les jeunes libéraux flamands se réuniront en congrès du 4 au 6 août afin de débattre de propositions, mises en avant par le bureau politique, mais aussi par les militants. Elles vont de la dépénalisation de l'avortement à la suppression des allocations familiales, en passant par la liberté de disposer d'une arme.

    L'auteur de cette dernière suggestion, Jerry Van Echelpoel, la défend avec conviction. "Le gouvernement parvient de moins en moins à protéger les citoyens. Le monopole de la violence n'est plus uniquement entre les mains des services d'ordre et de l'armée. Des organisations criminelles et des terroristes parviennent toujours plus facilement à se procurer des armes sans que les citoyens puissent se défendre" estime-t-il. Le jeune libéral suggère donc que les citoyens "qui en sont capables puissent disposer d'une arme pour se défendre et protéger leur famille" avant d'ajouter que la libre possession d'arme est une "partie essentielle de la liberté individuelle" et d'une "société sûre". Cette proposition a immédiatement engendré un débat virulent sur les médias sociaux. Plus de 800 commentaires avaient déjà été publiés vers 18h00 sur la page Facebook des Jeunes Vld. Le sondage sur le réseau social compte pour l'instant plus de soutiens que d'opposants. Le président des Jeunes VLD Maurits Vande Reyde a affirmé sur Twitter que les congrès étaient l'endroit adéquat pour aborder toutes les idées, aussi celles qui sont controversées. 
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    5 commentaires
  • Info RTL du 24 juillet 2017 07h24 en provenance de Sudpresse 

    http://www.rtl.be/info/belgique/societe/combien-y-a-t-il-d-armes-a-feu-legales-qui-circulent-en-belgique--938492.aspx

     

     

    Elles ont de plus en plus de succès grâce au tir récréatif qui attire de nombreux Belges. Près de la moitié des armes déclarées le sont pour être utilisées dans les stands de tir. Résultat: pour 100 personnes, on compte 6 armes déclarées.

    Selon le Registre central des armes (RCA), 699.371 armes sont actuellement légalement aux mains de particuliers belges, peut-on lire ce lundi dans Sudpresse. Si on y ajoute les armes de la police (mais sans celles des militaires et armuriers), le total au 1er janvier 2017 atteint 781.419 armes déclarées, soit 10.775 de plus qu'un an plus tôt.

    Près de la moitié (371.174) de ces armes sont prévues pour le tir récréatif, devant les autorisations délivrées pour le tir sportif et pour la chasse (234.425). Les collectionneurs agréés détiennent 39.070 armes déclarées.

    Selon Martine Dirickx, responsable du service armes à la province de Liège, une des raisons du gonflement du registre est un attrait accru pour la pratique du tir, dans des "stands qui se modernisent", pour "se vider la tête". Tommy Leclercq, gouverneur de la province du Hainaut, indique aussi que le tir sportif a de plus en plus de succès. 

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires